Emmanuelle Grizot, danseuse étoile, est la chorégraphe de ce spectacle : Hansel et Gretel pour lequel j'ai réalisé l'affiche. Suite à cela, elle a eu la bonne idée de me contacter pour discuter un peu de nos univers respectifs.

Quel bonheur pour moi qui suis sensible au monde de la danse. C'est magique, gracieux, léger comme un voile. Aérien. Danser est un peu voler. Si si...

Marc-Emmanuel Zanoli

Un bien beau danseur peut aussi être une jolie meringue ;-)
Marc-Emmanuel Zanoli

Pour la petite histoire, un moment fort lié à la danse a été d'être de l'autre côté des sièges spectateurs. Je me suis retrouvée par hasard, ou par chance, catapultée dans les coulisses de l'Opéra Garnier. Endroit magique par excellence pour qui a été bercé ou inspiré par cet univers.

Me voilà maquillée, coiffée, habillée avec 20 autres filles avant le pouls qui s'accélère devant les aiguilles qui donnent le top pour  monter sur scène. Non, non, pas du tout pour danser. Evidemment ! Pour défiler. A cause de mes cheveux. Oui, oui, vous avez bien lu. J'étais allée innocemment prêter ma tête à mon coiffeur. Il a envoyé les photos à l'Oréal pour participer à un concours. Après un défilé à Lyon, il est confirmé en finale avec son équipe et ma tête.

L'Oréal avait loué tout l'Opéra Garnier pour organiser cet événement. Un événement parmi d'autres j'imagine... Nous devions arriver l'une après l'autre du fond de la salle, marcher fièrement et seule dans l'allée centrale puis monter 3 marches et accéder à la scène. Heureusement, des danseurs de "Cats" nous tendaient la main pour nous accueillir et nous placer sur scène avant que l'on ne s'effondre de trac. Là, le pouls s'emballe au maximum : la salle est comble et tous les regards sont fixés sur soi ou sa voisine.  Puis, s'ensuivent extraits de ballets dont Cats, shows de haute coiffure (coiffures et tenues extravagantes), chants surprises depuis les balcons. 

Enfin, la pression redescend.

La soirée continuera toute la nuit. Des dizaines de tables rondes décorées de bouquet de fleurs d'un mètre agrémentent le dîner à l'étage autour du grand escalier. Dîner pendant lequel une cantatrice poussera la chansonnette en robe rouge et étole noire longue de plusieurs mètres en montant lentement les escaliers, l'étole glissant sur le marbre doucement. Joli. Puis une pianiste blonde en robe noire interprétera quelques morceaux pendant que nous festoyons entre inconnus, rois du marketing, coiffeurs, modèles et autres filles anonymes. 

Mon carrosse ne s'est pas transformé en citrouille puisque la soirée a continué en bas, sous le Grand escalier, dans la salle des calèches. Si si. Une salle ronde, des colonnes, un Dj. Danse au milieu des modèles. Certains ont une moue caractéristique des mannequins. Faire la gueule, c'est leur look. Sourire, ou pire, rire, c'est ringard. En même temps, quand on voit à quoi se résume la vie de mannequin, ça ne fait pas envie : attendre et attendre des heures avant qu'on vous maquille, habille. Puis devant l'objectif du photographe et du jury : sourire comme si c'était le plus beau jour de sa vie. That's the job. Mais parmi elles, nous étions nombreuses à être "des filles de la rue", des filles "normales", et nous étions bien soulagées de redevenir nous-mêmes.

Préférez-vous être Cendrillon avant ou après minuit ?
Une nuit. Une bulle de rêve éveillé à l'opéra Garnier.